Accueil > Blog – Tout sur l’énergie solaire > Autoconsommation > Taux d’autoproduction photovoltaïque et consommation électrique

Taux d’autoproduction photovoltaïque et consommation électrique

Publié le 04-03-2019 par Vianney

Le taux d’autoproduction photovoltaïque correspond à la part d’électricité solaire dans votre consommation électrique totale.

  • Exemple : vous consommez 4 000 kWh par an pour alimenter votre maison en électricité. Parmi ces 4 000 kWh, 2 000 kWh sont de l’électricité solaire produite par vos panneaux solaires. Votre taux d’autoproduction photovoltaïque est égal à (2 000 kWh (électricité autoproduite) / 4 000 kWh (consommation totale)) x 100 = 50 %.

  • Interprétation du résultat : le résultat du calcul vous indique les économies que vous allez réaliser avec une installation solaire en autoconsommation. Avec un taux d’autoproduction photovoltaïque de 50 % (dans l’exemple précédent), vous réduisez de moitié vos factures d’électricité.

  • Intérêt du calcul : plus votre taux d’autoproduction est élevé, plus votre investissement est rentable. Plusieurs solutions permettent d’optimiser ce taux.

 

Calculez votre taux d’autoproduction photovoltaïque

Vos panneaux solaires vous permettent de produire vous-même de l’électricité. Que faire de cette électricité ?

2 possibilités :

Vous vendez votre production à EDF OA, on parle alors de vente en totalité. Vous êtes rémunéré : vos revenus vous permettent d’amortir le prix de vos panneaux solaires, puis de gagner de l’argent.

Vous consommez votre propre électricité : on parle d’autoconsommation. Toute l’électricité que vous autoconsommez est autant d’électricité que vous n’achetez pas au réseau public de distribution : vous réalisez des économies sur vos factures. Ces économies vous permettent de rentabiliser votre investissement.

En autoconsommation, votre objectif en matière de rentabilité est de réduire au maximum votre recours au réseau. Le taux d’autoproduction photovoltaïque permet de mesurer à quel point vous réduisez ce recours au réseau.

 

Comment fonctionne l’autoconsommation photovoltaïque ?

Avant d’entrer dans le détail du calcul du taux d’autoproduction photovoltaïque, quelques rappels utiles sur le fonctionnement de l’autoconsommation. 

Vos panneaux solaires utilisent la lumière du soleil pour produire de l’électricité.

Par conséquent :

  • Vous ne produisez de l’électricité que quand le soleil brille.

  • Vous produisez plus ou moins d’électricité en fonction du niveau d’ensoleillement.

 

Votre production alimente en direct votre maison, c’est-à-dire que production et consommation photovoltaïques sont forcément simultanées (à moins d’avoir des batteries pour stocker le surplus de production solaire).

Par conséquent :

  • La nuit et par mauvais temps, votre production d’électricité solaire est nulle ou insuffisante pour couvrir vos besoins – éclairage, chauffage, TV… Dans cette situation, le réseau public de distribution prend le relais : votre taux d’autoproduction photovoltaïque diminue. Avec une batterie solaire, celle-ci prend le relais à la place du réseau. Votre taux d’autoproduction reste intact tant que la batterie n’est pas vide. Une fois vide, c’est le réseau qui prendra le relais en attendant que le soleil réapparaisse.

  • Par fort ensoleillement, votre volume d’électricité autoproduite peut être supérieur à vos besoins. Dans cette situation, votre taux d’autoproduction photovoltaïque est égal à 100 % (toute l’électricité que vous consommez provient de vos panneaux solaires). Si vous avez choisi l’autoconsommation avec vente de surplus, le surplus d’électricité est vendu à EDF OA ou à un autre acheteur. Vous percevez ainsi un revenu complémentaire. Si vous avez choisi l’autoconsommation sans revente de surplus, des batteries solaires peuvent stocker le surplus pour vous permettre de l’utiliser plus tard. Si ce n’est pas le cas, l’électricité produite est perdue.

Taux d’autoconsommation et taux d’autoproduction : quelle différence

Taux d’autoconsommation

Le taux d’autoconsommation mesure la proportion d’électricité solaire autoproduite que vous consommez pour alimenter votre maison. Plus la part d’électricité solaire que vous ne consommez pas augmente, plus le taux diminue.

Taux d’autoconsommation = (électricité autoconsommée / électricité autoproduite) x 100.

Lorsque vous produisez autant ou moins d’électricité que ce que vous consommez (ensoleillement faible et/ou besoins électriques importants), votre taux d’autoconsommation est de 100 %. Tous les kWh autoproduits sont utilisés pour vos propres besoins, vous n’injectez rien sur le réseau.

Lorsque vous produisez plus d’électricité que ce que vous consommez (fort ensoleillement et/ou besoins électriques modérés), votre taux d’autoconsommation est inférieur à 100 %. Par exemple : vous produisez 10 kWh, alors que vous n’avez besoin que de 2 kWh. Votre taux d’autoconsommation est égal à (2 kWh / 10 kWh) x 100 = 20 %.

Le taux d’autoconsommation varie tout au long de la journée en fonction de l’ensoleillement et des besoins électriques domestiques. Il dépend également du dimensionnement de l’installation photovoltaïque :

  • Plus la puissance crête (en kWc) est faible, plus la production est faible, plus le taux d’autoconsommation augmente. En contrepartie, le niveau d’autonomie électrique diminue également considérablement – le recours au réseau augmente. La rentabilité, en outre, est dégradée dans la mesure où le prix des panneaux solaires n’est pas directement proportionnel à la puissance totale installée.

  • A l’inverse, une puissance photovoltaïque importante augmente le volume de production d’électricité et fait baisser le taux d’autoconsommation.

A NOTER : Des études rapportent que lissé sur l’année, le taux d’autoconsommation avoisine les 20 à 30 %. C’est-à-dire que 70 à 80 % de la production d’électricité solaire n’est pas utilisée pour alimenter la maison.

Comment interpréter le taux d’autoconsommation ?

Plus il est élevé, mieux c’est en matière de rentabilité. Explications : un faible taux d’autoconsommation signifie qu’une grande part de votre production représente du surplus. Vous pouvez bien sûr vendre ce surplus au tarif réglementé de 10 c€ / kWh. Toutefois ce tarif est inférieur au prix du kWh facturé par votre fournisseur d’électricité – environ 14 c€ / kWh en 2019. Il est donc plus rentable d’économiser 14c€ le kWh en consommant son électricité solaire que de vendre un kWh à 10 c€.

 

2 solutions pour optimiser le taux d’autoconsommation 

Synchroniser vos besoins en électricité avec les périodes d’ensoleillement des panneaux solaires, à l’aide d’équipements domotiques – programmateurs, systèmes de pilotage à distance… Le taux peut passer dans ces conditions de 20 % à plus de 40 %.

Utiliser des batteries pour stocker le surplus d’électricité solaire produit par beau temps puis le restituer sur le réseau domestique la nuit et par mauvais temps. Cette solution permet d’atteindre un taux maximum. Néanmoins les systèmes de stockage demeurent chers, et dégradent la rentabilité de l’investissement.

A NOTER : Sous-dimensionner l’installation photovoltaïque permet également d’augmenter le taux d’autoconsommation. Mais cela ne représente pas une solution idéale, car en vous limitant à votre propre consommation, vous risquez de perdre en rentabilité. Votre installation solaire sera plus longue à amortir si vous vous privez d’un revenu complémentaire lié à la vente de surplus. Il ne faut donc pas hésiter à installer le plus de panneaux possibles !

Si votre taux d’autoconsommation est trop faible, il vaut mieux envisager de vendre en totalité votre production solaire a un tarif d’achat plus avantageux. Cette situation est notamment adaptée pour les résidences secondaires, où les besoins électriques lissés sur une année sont plus faibles.

 

Taux d’autoproduction

Le taux d’autoproduction photovoltaïque mesure la proportion d’électricité solaire autoproduite dans votre consommation totale. Plus vous avez recours au réseau, plus le taux diminue.

Taux d’autoproduction = (électricité solaire / consommation totale) x 100.

Le taux d’autoproduction photovoltaïque est directement lié au taux d’autoconsommation. Pour bien rentabiliser votre investissement dans des panneaux solaires, il faut atteindre un taux d’autoproduction maximum.

 

Augmentez votre taux d’autoproduction pour une meilleure rentabilité

En autoconsommation, vos objectifs sont les suivants :

  • Réduire vos factures d’électricité pour rentabiliser votre investissement.

  • Gagner en autonomie énergétique pour plus d’indépendance.

Pour atteindre ces objectifs, vous devez minimiser votre recours au réseau de distribution public et utiliser un maximum d’électricité solaire pour vos besoins domestiques. Cela revient à maximiser votre taux d’autoproduction photovoltaïque. 3 facteurs vous permettent d’y parvenir.

 

Bien dimensionner votre installation solaire

Au moment de faire installer des panneaux solaires, vous devez choisir la puissance photovoltaïque totale. Elle s’exprime en kWc (kilowatt crête) et détermine :

  • A titre principal : la quantité d’électricité que vos panneaux solaires vont produire.

  • A titre accessoire : le nombre de panneaux solaires à installer.

Plus la puissance photovoltaïque est élevée, plus votre production d’électricité solaire augmente – et plus la surface de toiture occupée par les panneaux solaires est importante.

Pour déterminer la puissance nécessaire, sachez que 1 kWc permet de produire environ 1 150 kWh par an. Une installation de 6 kWc, par exemple, vous permet de produire environ 6 900 kWh par an.

 

Pour augmenter votre taux d’autoproduction photovoltaïque, vous pouvez vous baser sur votre facture annuelle pour dimensionner votre installation de panneaux solaires.

Par exemple :

  • Vous consommez 10 000 kWh par an.

  • Une installation de 9 kWc vous permet de produire environ 10 350 kWh par an – en fonction de l’ensoleillement de votre région : un peu plus dans le Sud, légèrement moins dans le Nord de la France.

Mais attention ! Vos consommations électriques ne seront pas forcément parfaitement synchrone avec la production d’électricité solaire : une part de l’électricité produite ne sera pas utilisée pour alimenter votre maison, votre taux d’autoconsommation ne sera pas de 100% et votre taux d’autoproduction photovoltaïque non plus.

 

Décaler votre consommation d’électricité en journée

En autoconsommation, il est plus intéressant de consommer votre électricité solaire plutôt que de vendre le surplus. Pour cela, vous devez synchroniser production et consommation, en adoptant de bonnes habitudes et en investissant dans des équipements domotiques.

Vous avez besoin d’électricité notamment pour : vos éclairages, la TV, vos machines à laver le linge et la vaisselle, vos appareils de cuisson (four, plaques, micro-ondes, machine à café…), vos chargeurs d’appareils multimédia (ordinateurs, téléphones) et votre chauffage et votre eau chaude sanitaire s’ils sont électriques.

Le but : faire fonctionner ces appareils quand le soleil brille, pour qu’ils soient directement alimentés en électricité solaire autoproduite.

La difficulté : en règle générale, vous êtes au bureau la semaine au pic du soleil.

Les solutions :

  • Eteindre les appareils en veille quand vous ne les utilisez pas, éteindre les lumières quand vous quittez la pièce.

  • Programmer vos machines au pic du soleil.

  • Faire fonctionner le ballon d’eau chaude au pic du soleil.

Ces bonnes habitudes permettent de limiter la consommation d’électricité lorsque vos panneaux solaires ne produisent pas – et que vous devez avoir recours au réseau de distribution public. En limitant cette consommation, vous augmentez votre taux d’autoproduction photovoltaïque.

A NOTER : L’installation d’équipements domotiques vous aide à décaler votre consommation au pic du soleil. Il s’agit de systèmes de programmation qui permettent de mettre automatiquement en marche votre chauffe-eau et vos machines à laver quand l’ensoleillement est maximum. Grâce à ces équipements intelligents, vous augmentez votre taux d’autoconsommation et votre taux d’autoproduction photovoltaïque. Sachez que la domotique vous permet de bénéficier du crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) : vous êtes remboursé de 30 % de vos dépenses en crédit d’impôt.Inserez votre texte ici

Quels que soient vos efforts, vous ne pouvez pas réduire votre consommation d’électricité à néant aux heures de faible ensoleillement. Vous avez en effet besoin de vous éclairer, de vous préparer à manger et de vous chauffer le soir, notamment. Un système de stockage d’électricité solaire peut alors être envisagé pour optimiser votre taux d’autoproduction photovoltaïque.

 

Utiliser des batteries solaires

Une batterie solaire stocke votre surplus d’électricité produite par fort ensoleillement, et le restitue la nuit et par mauvais temps quand votre production n’est pas suffisante pour couvrir vos besoins électriques.

Illustration : vous produisez plus d’électricité que nécessaire en pleine journée. La batterie stocke l’électricité. Vous mettez votre chauffage électrique en marche le soir : la batterie restitue l’électricité stockée pour faire fonctionner votre chauffage.

A priori, la batterie solaire représente une solution de choix pour réduire votre recours au réseau public de distribution et maximiser ainsi votre taux d’autoproduction photovoltaïque. Sachez néanmoins que les systèmes de stockage restent chers à ce jour, mais que les progrès techniques sont constants sur le sujet.

Cette solution est très adaptée si vous souhaitez gagner en autonomie énergétique. Sur site isolé, notamment, la batterie solaire est un bon investissement. Votre maison sur site isolé n’est pas raccordée au réseau : tout le surplus est perdu, et aucun apport du réseau ne peut combler les besoins électriques de la maison en l’absence de soleil. Les batteries apportent une solution efficace à ces problématiques. Hors sites isolés, elles permettent également de gagner en indépendance, un atout non négligeable sur le plan psychologique.

Le prix des batteries solaires impacte la rentabilité de votre investissement. En associant votre installation de panneaux solaires à un système de stockage, le prix total de votre investissement augmente. En l’état actuel des technologies, cette augmentation n’est pas compensée par les économies que vous allez réaliser en réduisant votre recours au réseau et en augmentant votre taux d’autoproduction photovoltaïque.

Décaler votre consommation en journée, grâce aux bons gestes écoresponsables et aux équipements domotiques adaptés, nécessite un effort minime : vous y avez tout intérêt. Les batteries solaires en revanche impliquent un coût important, vous devez bien calculer la rentabilité de cet investissement en amont.

 

100 % d’autoproduction : l’autonomie énergétique totale est-elle possible ?

Atteindre un taux d’autoproduction photovoltaïque de 100 % permet de se déconnecter du réseau public, et offre ainsi 2 avantages concrets :

Vous ne payez plus de factures d’électricité.

Vous devenez 100 % indépendant du réseau public.

 

L’objectif est très attractif. Malheureusement en pratique, l’autonomie énergétique totale n’est possible qu’en faisant des choix forts sur son confort :

Choisir un système de chauffage non-électrique. Le chauffage électrique représente plus de 50 % de la facture d’électricité des ménages. Or il est impossible de décaler sa consommation de chauffage sans sacrifier son confort – vous avez besoin de chauffage le soir et la nuit –. Le chauffage au bois et les pompes à chaleur (PAC) représentent des solutions judicieuses, et vous permettraient de bénéficier d’aides financières de l’Etat pour alléger le coût de l’investissement.

Investir dans un parc de batteries solaires. Pour viser 100 % d’autonomie électrique, il s’agirait d’investir dans un nombre de batteries solaires très important. Le coût actuel des systèmes de stockage ne permet pas de rentabiliser rapidement cet investissement.

L’autonomie électrique totale est possible à condition de limiter ses besoins énergétiques d’une part et / ou d’impacter la rentabilité de son installation de panneaux solaires d’autre part. Peu de foyers font ce pari à l’heure actuelle, mais le développement des technologies de stockage permettra à terme d’augmenter la performance et de réduire le coût de la batterie solaire, solution optimale pour atteindre un taux maximum d’autoproduction d’électricité photovoltaïque.

 

En résumé pour réduire votre facture d’électricité 

Le taux d’autoproduction photovoltaïque vous indique les économies que vous allez réaliser sur vos factures d’électricité. Il dépend du dimensionnement de votre installation de panneaux solaires et de vos besoins électriques. Par exemple :

  • Vous consommez 8 000 kWh par an, vous faites installer une puissance photovoltaïque totale de 6 kWc. Vous allez produire environ 6 900 kWh par an : vous couvrez en principe 3/4 de vos besoins électriques.

  • En réalité, comme vos besoins ne sont pas totalement synchronisés avec votre production, vous ne réduisez pas votre facture de 75 %. En adoptant les bons gestes et en vous équipant en programmateurs, vous atteignez un taux d’autoconsommation de 40 % (le surplus de 60 % est vendu à EDF OA). Vous consommez 40 % x 6 900 kWh = 2 760 kWh d’électricité solaire. Vous avez recours au réseau pour les 8 000 kWh (consommation totale) – 2 760 kWh (autoconsommation) = 5 240

  • Votre taux d’autoproduction photovoltaïque est égal à (2 760 / 8 000) x 100 = 35 %. Vous avez recours au réseau public de distribution pour 65 % de vos besoins en électricité.

  • Vous réduisez le montant de votre facture annuelle de 35 % sur la partie variable – certains coûts sont fixes, le prix forfaitaire de l’abonnement notamment.

 

3 leviers vous permettent d’ajuster votre taux d’autoproduction photovoltaïque à la hausse :

Les gestes écoresponsables et les équipements de domotique. Ces efforts à moindre coût vous permettent d’augmenter votre taux d’autoproduction de 20 % environ, sans dégrader votre rentabilité.

Le dimensionnement de votre installation de panneaux solaires. Inutile de choisir une puissance photovoltaïque trop élevée : les revenus de vente de votre surplus de production ne permettraient pas de rentabiliser votre investissement.

Vos conseillers Terre Solaire vous indiquent la puissance la mieux adaptée.

Les batteries solaires. Là encore, inutile de réduire votre facture d’électricité au prix d’un investissement jamais rentabilisé. Demandez conseil et réalisez des simulations en ligne pour calculer votre rentabilité.

 

AGISSEZ AVEC TERRE SOLAIRE

Allez à l’Essentiel à partir de 10 330 € ou 88 € par mois

Passer à l’autoconsommation





12-04-2019

Misez sur l’autoconsommation électrique !

Au moment d’investir dans une installation photovoltaïque, vous devez choisir entre ...

Voir plus

11-10-2018

Inclinaison du panneau solaire, mode d’emploi

La puissance photovoltaïque installée, l’orientation et l’inclinaison du panneau solaire sont ...

Voir plus
a maison solaire et autoconsommation

28-08-2018

Tout savoir sur la prime à l’investissement pour l’autoconsommation

L’Etat favorise la mise en place d’installations solaires pour ...

Voir plus
Resultat Pro
Être rappelé(e)

Pour échanger sur cette simulation avec un conseiller solaire ou prendre rendez-vous pour une étude sur site, laissez-nous votre nom et un numéro de téléphone ou une adresse email.

 Madame   Monsieur
Resultat Part
Être contacté par un conseiller

Pour échanger sur cette simulation avec un conseiller solaire ou prendre rendez-vous pour une étude sur site, laissez-nous votre nom et un numéro de téléphone ou une adresse email.

 Madame   Monsieur
Register
Créez votre compte
 Madame   Monsieur
Vous avez déjà un compte ?
Mot de passe oublié
Revenir à la page de connexion
Resultat Part
Prendre RDV avec un conseiller

Indiquez vos disponibilités pour vous joindre facilement. Vous recevrez un email pour vous confirmer le rdv avec un conseiller solaire.



 Lundi    Mardi    Mercredi    Jeudi
 Vendredi


 9h-12h    12h-14h    14h-16h    16h-18h